Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le thé des pauvres
Le thé des pauvres
Le thé des pauvres
Le thé des pauvres

 

La salicaire , notre herbe aux coliques

La salicaire, appelée aussi « Herbe aux coliques », fleurit ces jours-ci jusqu'à la Saint Michel. Autrefois, elle était utilisée pour soigner la colique des enfants mais aussi pour les malades de la dysenterie, une plante bien généreuse puisque tout est utilisable : fleurs, feuilles, tiges et suc. De nos jours, certains en font encore une infusion suave appelée « thé des pauvres ». La salicaire se trouve dans les endroits humides, dans les fossés et au bord des ruisseaux, il s'agit donc d'une plante très présente en Brenne et, par conséquent, au Pays de Bélâbre.


 

L'herbe de la disette

Son nom provient de sa ressemblance avec les feuille du saule. Visible de loin grâce à sa couleur mauve, une brassée de ses fleurs permet déjà d'en faire une petite provision suffisante pour l'hiver et une fois séchée elle se garde plusieurs années. Ses utilisations sont multiples, ses feuilles fraîches se cuisent comme les épinards avec un petit goût de pruneaux secs et avec la moelle fermentée des tiges on faisait aussi une boisson alcoolisée... En période de disette, ou durant la Grande Guerre, lorsqu'il n'y avait plus de cultures dans les champs, les cueilleurs de salicaire mangeaient ses tiges et ses feuilles crues ou cuites pour survivre.


 

La plante de nos soigneux

Après avoir fait sécher les feuilles de salicaire, les "soigneux" en faisaient une poudre pour appliquer sur les plaies ; cette poudre arrêtait les hémorragies et empêchait la gangrène. Encore aujourd'hui, des soigneux mettent des compresses de feuilles fraîches de salicaire sur les plaies ouvertes ou sur les ulcères de jambe, mais aussi sur les eczémas et les démangeaisons. Ces soigneux ou rebouteux qui ont fait la légende du Berry, ce pays dit de sorciers, sont toujours consultés et leurs adresses recherchées. Qui ne connaît un rebouteux, barreur de feu ou autre soigneux non loin de chez soi? Tout Berrichon qui se respecte sait que pour soigner quelques maladie bénignes il n’y a pas que la médecine traditionnelle : «Cheux nous, y’a ben l’rebouteux, c’ panseux d’ secrets, y peut tout garir. »


 

La vieille au « matagot »

Au pays de Bélâbre, dans une ferme éloignée, il y avait une femme qui avait de ces secrets que quelques Berrichons se transmettent de génération en génération. Elle est morte depuis longtemps, on l’appelait « La Vieille ». La Vieille avait le pouvoir de guérir les zonas, les foulures, les entorses, mais aussi d’enlever le lait des vaches, de jeter la vermine sur le bétail ou encore de défaire les sorts jetés par un autre rebouteux. La Vieille disait que la pratique de la magie ou de la sorcellerie n’exige pas de longues études. «Pas besoin d’aller à l’université pour se servir des plantes» disait-elle, «les figures diaboliques dont se servent les sorciers ne servent à rien, c’est juste du folklore, c’est pour faire peur ! ». Ses « sorcelages », elle les faisait au moyen de plantes mystérieuses, dont l' «herbe à matagot» ou mandragore, dont elle disait se servir pour défaire les sorts. Le meilleur endroit pour ramasser cette petite plante était une proche forêt et il y avait une nuit bien spéciale dans l’année pour aller l’y cueillir : la nuit où on passe du printemps à l’été, à minuit et pas à une autre heure, car sinon elle perdait ses propriétés. La Vieille se servait aussi de nombreuses plantes dont la brennote ou barbarée pour soigner les goutteux grâce à ses capacités diurétiques et dépuratives, et bien sûr, de l' «herbe aux coliques» ou salicaire.

 

Colorante et calmante, la salicaire est aussi l'herbe du pardon

 

La salicaire a encore bien d'autres vertus: on la cuisait pour en tirer le jus qui servait de colorant pour teindre des tissus ou des confiseries, ainsi qu'un sirop d'un joli rouge pour soigner les angines. Dans nos campagnes, la salicaire servait à calmer les boeufs récalcitrants en plaçant des petits bouquets près du joug car elle éloigne les mouches, taons et moucherons.

Enfin, un vieux dicton dit qu'offrir un brin de salicaire à une personne suffit pour se réconcilier avec elle...

Partager cet article

Repost 0